Allocution du Coordonnateur résident à l’occasion de la Journée mondiale de la population 2019

La Journée mondiale de la population coïncide cette année avec la célébration des 50 ans de l’UNFPA et des 25 ans de la CIPD.

 

Madame la Ministre de la planification du développement et de la coopération,

Mesdames, Messieurs les Ministres,

Honorables Députés à l’Assemblée nationale,

Mesdames, Messieurs les Ambassadeurs, Chefs de missions diplomatiques et consulaires,

Mesdames, Messieurs les Directeurs généraux, Directeurs et Chefs de service,

Vénérés Chefs traditionnels et Autorités religieuses,

Madame la Représentante résidente par intérim de l’UNFPA/Togo,

Chers Collègues Chefs des Agences du système des Nations Unies,

Mesdames, Messieurs les Responsables des organisations de la société civile,

Mesdames, Messieurs des médias,

Chers Jeunes,

Distingués invités, tous protocoles observés ; Il m’est particulièrement agréable de prendre la parole au nom du Secrétaire général des Nations Unies, Monsieur Antonio GUTERRES, et de la Secrétaire générale adjointe, Directrice exécutive de l’UNFPA, Dr. Natalia KANEM, à l’occasion du lancement officiel,  par le Gouvernement du Togo, des festivités marquant l’édition 2019 de la Journée mondiale de la population placée sous le thème "25 ans de la CIPD, accélérer la promesse !". Je voudrais à cet égard exprimer les félicitations du système des Nations Unies au Gouvernement togolais pour son engagement pour les questions de population et surtout l’organisation de cette importante Journée internationale au Togo. Permettez-moi de féliciter l’UNFPA, présent au Togo depuis 1972, et travaillant d’arrache-pied avec le Gouvernement, la société civile, le secteur privé et d’autres partenaires pour réaliser l’accès universel à la santé sexuelle et reproductive (y compris la planification familiale), promouvoir les droits à la santé de la reproduction, l’équité et l’égalité entre les sexes. 

L’édition 2019 de la Journée mondiale de la population a un lien étroit avec la célébration des cinquante ans d’existence du Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) et du vingt-cinquième anniversaire de la Conférence Internationale sur la Population et le développement (CIPD). L’on se souvient encore de cette importante rencontre tenue au Caire en septembre 1994 et au terme de laquelle 179 gouvernements se sont accordés, à l’issue de longues délibérations, sur la nécessité de "placer dorénavant les besoins et les aspirations de l’être humain au centre du développement durable". L’idée fondamentale est que, placer l’être humain au centre de nos préoccupations, autonomiser les femmes et leur permettre de jouir d’une bonne santé reproductive ouvrirait la voie au développement durable. Depuis lors, le programme d’action issu de cette conférence et fondé sur la vision ci-dessus, est mis en œuvre de par le monde par les pouvoirs publics et les sociétés civiles avec l’accompagnement des partenaires de développement en général, les Nations Unies et l’UNFPA en particulier. Vingt-cinq ans après, il paraît opportun de faire un bilan de notre parcours, en célébrer les réussites et s’engager résolument à combler les insuffisances pour  tenir les promesses faites aux populations au Caire. Madame la Ministre,

Mesdames, Messieurs les Ministres,

Distingués invités,

Mesdames, Messieurs, En jetant un regard rétrospectif sur notre parcours commun depuis le Caire, nous pouvons légitimement nous réjouir des résultats obtenus aux plans mondial, régional et national dans la recherche du bien-être des populations et dans la jouissance effective par tous, des droits et choix en santé sexuelle et de la reproduction. A titre d’illustration des progrès enregistrés au plan mondial, on retiendra que :

  • En 1994, seules 15% des femmes mariées dans les pays les moins avancés utilisaient les méthodes modernes de contraception ; aujourd’hui, elles sont 37% ;
  • Il y a 25 ans, dans les pays les moins avancés, les taux de mortalité maternelle étaient de l’ordre de 800 femmes pour 100.000 naissances vivantes ; aujourd’hui, ce taux a diminué de moitié.
  • En 1994 dans les pays les moins avancés, une femme en âge de procréer avait environ 6 enfants en moyenne ; aujourd’hui elle en a moins de 4.
  • Enfin, de nos jours, l’implication des jeunes et la prise en compte de leurs besoins spécifiques en santé sexuelle et de la reproduction sont une nécessité qui retient une plus grande attention de tous et partout. 

Au Togo, les progrès sont tout aussi significatifs comme en témoignent les indicateurs que nous venons de voir dans la présentation. En effet, la prévalence contraceptive est passée de 8% à 21,4% entre 1988 et 2017 tandis que le ratio de mortalité maternelle a baissé de 640 à 401 décès maternels pour 100 000 naissances vivantes sur la même période. Au même moment, l’indice synthétique de fécondité qui était de 6,4 enfants en moyenne par femme en âge de procréer se situe désormais autour de 4,8 indiquant ainsi l’amorce d’une réelle transition démographique au Togo. Dans l’ensemble, à l’instar de la majorité des pays en développement, le Togo aura enregistré des résultats tangibles dans la mise en œuvre du Programme d’Action de la CIPD.

C’est à l’engagement des pouvoirs publics, à l’enthousiasme et à la détermination des sociétés civiles de nos pays mais aussi, grâce au partenariat mondial et à la solidarité internationale, que nous devons ces acquis que nous célébrons cette année au plan mondial, régional etnational. Cependant, il reste encore beaucoup de défis à relever. En effet, ce que nous avons promis aux populations à l’issue de la Conférence du Caire, c’est que plus jamais :

  • Aucune femme ne doit mourir en voulant donner la vie, aucune femme, aucun couple ne devrait chercher désespérément la contraception moderne sans en trouver ;
  • Aucune femme, aucune fille ne doit subir des violences psychologiques et physiques parce qu’elle est femme, parce qu’elle est fille ;
  • Aucune adolescente, aucun jeune, ne devrait se voir refuser les droits à l’information et aux choix s’agissant de sa santé sexuelle et reproductive,  
  • Aucune fille ne doit être mariée de force, précocement, etc.

Le nouveau Programme de développement durable à l’horizon 2030 assorti des 17 objectifs de développement durable connu sous l’acronyme « ODD » intègre fort heureusement les objectifs du Programme d’action de la Conférence internationale sur la population et le développement (PA/CIPD) et constitue ainsi à nos yeux, une grande opportunité pour accélérer la promesse faite au Caire. Pour le Togo, l’atteinte des objectifs de développement durable à l’horizon 2030, constitue un défi majeur lorsqu’on sait que la prévalence contraceptive, que le Plan national de développement sanitaire (PNDS) veut porter à 35,5% en 2022, se situe encore autour de 21,4% tandis que le ratio de mortalité maternelle est de 401 décès sur 100 000 naissances vivantes pour un objectif de 250 décès sur la même période et moins de 70 décès pour 100 000 naissances vivantes à l’horizon 2030.

Honorables invités

Mesdames, Messieurs,

Comme nous le constatons, si les progrès réalisés par le Togo sont indéniables, beaucoup reste à faire au regard du Programme d’action de la CIPD. C’est conscient de ces défis auxquels est confronté la quasi-totalité des pays en développement que le Fonds des Nations Unies pour la population sous l’égide global du Secrétaire général des Nations Unies, a placé la célébration de la JMP édition 2019 sous le thème:"25 ans de la CIPD, accélérer la promesse !". Dans son message cette année, le Secrétaire général des Nations Unies a insisté sur la nécessité de reconnaitre la relation entre la population, le développement et le bien-être individuel. Il a également réitéré que la vision du CIPD, si elle est mise en œuvre, va débloquer des opportunités pour les personnes laissées pour compte et permettre de tracer le chemin pour le développement durable, équitable, et inclusif pour tous.

Et pour l’UNFPA, tenir aujourd’hui la promesse du Caire, c’est œuvrer à réaliser partout l’objectif des "Trois Zéros" à savoir : Zéro décès maternels évitables, Zéro besoin non satisfait en planification familiale et Zéro violence faite aux femmes et aux filles.  Les Nations Unies restent déterminées à mobiliser la communauté internationale, les gouvernements, les partenaires du secteur privé et de la société civile, les universités  et travailler ensemble à la réalisation des objectifs de développement durable à l’horizon 2030. C’est fort de cette conviction, que le Secrétaire général des Nations Unies a confié à l’UNFPA l’organisation,  à Nairobi du 13 au 15 novembre prochain, d’un nouveau sommet historique en vue de la remobilisation de tous autour du Programme d’action de la CIPD. Le Sommet de Nairobi marquera le début de la campagne finale pour la réalisation des objectifs de développement durable au cours de la prochaine décennie. Ce sommet vise à mobiliser un soutien politique et financier, à susciter des partenariats et à dégager un consensus sur la manière dont il faudra mettre en œuvre le programme de la CIPD, afin que nous puissions réaliser l’Agenda 2030. Le Sommet de Nairobi offrira véritablement une plate-forme inclusive à un large éventail de parties prenantes des secteurs public et privé, de la société civile pour fédérer autour du principe universel des droits et des choix pour tous.

Les Nations Unies sont aux côtés du Gouvernement togolais depuis la Conférence du Caire pour l’accompagner dans la mise en œuvre du Programme d’Action issu de cette conférence, en travaillent avec les communautés, la société civile y compris les médias et le secteur privé.

Pour clore mon propos, je voudrais renouveler au Gouvernement notre engagement et vous rassurer, Madame la Ministre de la planification du développement et de la coopération, de notre disponibilité à continuer d’accompagner le Togo dans la mise en œuvre des objectifs de développement durable, porteurs de changement et promesse d’un monde meilleur qui « ne laisse personne de côté ».

Je vous remercie de votre aimable attention !

 

Discours de
Author
Damien Mama
Coordonnateur résident de l'ONU au Togo
RCO
Resident Coordinator for Togo
Entités des Nations Unies impliquées dans cette initiative
UNFPA
Fonds des Nations unies pour la population